Bonjour,

Pour mettre tout de suite les pieds dans le plat, nous allons aujourd'hui parler design.

Ne vous affolez pas, ici pas de préjugés, je ne vais pas vous demander de mettre des stickers aux murs tout en utilisant un vocabulaire compliqué. Mais avant, laissez moi me présenter.

Je m'appelle Sophie. Je suis designer culinaire et scénographe, ce qui là sur papier, ne veut rien dire je vous l'accorde. Mais en enlevant ce vocabulaire pompeux digne de grands marketers, on découvre que savoir attirer l'attention en mettant en avant les valeurs d'une marque et d'un cuisinier est très utile.

J'aime être le Batman événementiel, tapis dans l'ombre qui regarde les sourires des convives et la magie dans leurs yeux.

Ce que je cherche dans mon travail, c'est avant tout créer des émotions et faire en sorte que votre passion soit ressentie.


J'imagine que vous vous êtes intéressé à cet article et à mon travail car vous sentez que votre établissement manque de quelque chose.


Vous vous êtes courageusement lancé dans cette aventure en misant tout sur votre cuisine.


Et les premiers mois, la curiosité a suffit.


Mais à présent, vous vous rendez compte que la clientèle ne revient que très peu - ou du moins pas assez pour une affaire confortable - alors que vos plats sont toujours aussi bons.


Vous êtes face à un problème : Comment avoir plus de clients à long terme ?


Et je vous propose une solution cachée que peu de cuisiniers ose arpenter : vous intéresser au DESIGN.



Qu'est-ce que le design ?

Le design, à l'origine, correspond à rendre quelque chose aussi beau que pratique.


Ici, il est question de créer un univers, une expérience qui mette en valeur votre cuisine.


Par exemple, le designer Raymond Loewy disait : "l'automobile doit avoir l'air rapide et même à l’arrêt, suggérer par ses lignes le mouvement en avant" (issu de La laideur se vend mal).


L'important n'est donc pas de créer un lieu totalement atypique, où l'on vient uniquement pour montrer qu'on y a été, mais de suggérer quelles sensations on va ressentir une fois notre plat devant nous.


Nous pouvons prendre l'exemple des pubs McDonald's où le nom de la marque n'est plus indiqué.


L'expérience du BigMac est tellement forte dans la tête du consommateur qu'il associe directement l'image à la marque.


Et c'est surement cette photo qui le poussera à s’arrêter à 12H30 chez McDonald's plutôt qu'ailleurs.


Cette expérience, ce sentiment fort et particulier que l'on associe à un moment, c'est l'âme d'un restaurant.


Qu'il soit fast-food, bistro ou même étoilé, tout ce dont on se souvient plusieurs mois après, c'est si on a passé un bon moment.


Pour vous donner un exemple plus personnel, la première fois où ma sœur à mangé dans un restaurant étoilé, elle a dit :


"Je ne sais même pas ce que j'ai mangé tellement j'étais mal à l'aise"


C'était pour ses 16 ans, dans un hôtel au Portugal. La chance me direz-vous.


Et bien non, elle était tellement mal à l'aise dans ce restaurant totalement blanc au silence presque religieux, que ce souvenir fait encore écholorsque je lui parle de gastronomie.


Pourtant, cet établissement est très bon et les avis sur la cuisine sont excellents.


Alors non : ma sœur de 16 ans n'était surement pas la cible de cet établissement.


Cependant il se trouvait dans un hôtel, certes luxueux mais familial. L'expérience froide et silencieuse du restaurant a donc dû affecter le souvenir de nombreuses familles.


Bien entendu, c'est un exemple très marqué. Pas besoin de faire un parc d'attraction émotionnel pour donner une bonne expérience.


Mais un petit coup de pouce (le mien ?) pourra vous éviter ce genre d’extrême.


Au travers de cette série d'articles, je vais vous présenter divers aspects du design qui boosteront votre identitéet qui vous permettront enfin d'avoir la clientèle que vous méritez.


Nous aborderons principalement le graphisme, la notion d'espace et la scénarisation de votre établissement. Mais pour l'heure, il est temps de vous laisser retourner à vos fourneaux.


A la prochaine,


Insert Call to Action

Sophie